[part 1] Que sont-ils devenus ? Yoong, Mazzacane, Baumgartner et Trulli

Après être passé au sein de la Scuderia Minardi, que sont devenus les pilotes ?

Lire la suite

Zsolt Baumgartner: grâce au crowdfunding

Suite à ses deux courses avec l’écurie Jordan en 2003 en remplacement de Ralph Firman, le pilote hongrois Zsolt Baumgartner se fait offrir un contrat à signé le 1er décembre 2003 pour disputé la totalité du championnat 2004 contre une somme de US$ 10 millions.

Commanditaire du pilote depuis plusieurs années, la pétrolière hongroise Mol Rt., signe une lettre d’intention de parrainage d’un montant de 380 millions de forint hongrois (HUF) (US$ 1 700 000) le 11 novembre 2003, ce qui malgré l’apport de ses autres partenaires (CIB, Uniqa, Standox, Alukönigstahl) ne permet pas au pilote d’amasser la somme exigé par Jordan.

GP Italie 2003, Zsolt à l’appui de Mol Rt.

Qu’à cela ne tienne, son manager Frank Tamás se tourne vers Minardi qui fit une offre de contrat au pilote le 17 décembre en échange d’US $ 8 millions. Petit problème, un peux moins de 50% de cette somme à été amassé par l’équipe du pilote et il semble improbable qu’elle réussira à trouvé l’autre moitié, d’autant plus que le 19 décembre, un responsable du gouvernement affirme que celui-ci ne financera pas le pilote.

C’était sans compter sur l’appui du ministre de l’enfance, de la jeunesse et des sports (GYISM) Ferenc Gyurcsány qui annonça le 22 décembre lors d’une conférence de presse à l’hôtel Kempinski de Budapest, l’investissement conditionnel du gouvernement hongrois de $US 4 millions (HUF 844 millions) dans une société détentrice des droits commerciaux du pilote à la condition que celui-ci amasse la même somme.

Fort de cet investissement, Baumgartner et son agent se rendent à Londres le 23 pour signer un contrat d’une durée d’un an avec une option de trois années.

Le 07 janvier 2004, une réunion du conseil des ministres approuva l’investissement du gouvernement dans la société ‘Baumgartner Zsolt Forma 1-es’ détentrice des droits du pilote dans laquelle le gouvernement est propriétaire du tiers mais dispose de 50% + 1 voix au niveau des votes, le tout divisé comme suit : bureau du tourisme hongrois (Magyar Turizmus Rt.) 25% + 1 voix et l’agence hongroise d’investissement et de commerce (ITDH) 25%. Investissement qui devra être remboursé par la famille Baumgartner d’ici 5 ans, celle-ci ayant mis une propriété de grande valeur ainsi que la concession Renault (la plus grande de Hongrie) appartenant au père du pilote en garantie.

Si tout semble aller pour le mieux à l’approche du premier versement de US$ 2$ millions à l’équipe prévu le 15 janvier, la pétrolière Mol Rt. fait savoir le 9 janvier qu’elle à l’intention de revoir les termes de sa commandite du pilote puisque la lettre d’intention prévoyait que celui-ci pilote une Jordan et non une Minardi.

Selon le porte-parole de Mol Rt. Bea Lukács, Tamás n’a pas informé la compagnie des termes de l’accord avec Minardi et le lien de confiance à été rompu. Réfutant les allégations, le manager affirma lors d’une émission télévisé matinale le 11 janvier qu’il était prêt à quitter son poste si cela pouvait faire débloquer les négociations.

Le 12, le GYISM nomma l’homme d’affaire et président du Minardi Club Budapest depuis 1986, László Kondor comme médiateur. Le 13, des discussions eurent lieu avec les dirigeants de Mol Rt. mais le communiqué émis par l’entreprise en après-midi ne faisait pas référence au parrainage du pilote hongrois mais à la commandite de l’association croate de Football (HNS) jusqu’au 31 décembre 2005 pour un montant non divulgué mais qui selon la presse serait de HUF 2.1 milliards (US$ 10 millions).

Les discussions avec le directeur général József Szórád se sont poursuivi le 14 jusqu’à 14:45. Szórád déclarant qu’une offre pouvant s’élever jusqu’à HUF 400-500 millions (US$ 2-2.4 millions) à été proposé au pilote et que celle-ci est valable jusqu’au 29 février.

À 16h, Kondor présenta l’offre à Antal Baumgartner, père de Zsolt et à un avocat qui la refuseront immédiatement puisqu’aucune somme n’était garanti ce qui ne permettait pas au pilote de bénéficier du support du gouvernement.

 

L’offre de Mol Rt. se divisait ainsi :

HUF 6 000 000 (US$ 28 644)  pour chaque course terminée (10 premières)

HUF 11 000 000 (US$ 52 515)  pour chaque course terminée (supérieur à 10)

HUF 15 000 000 (US$ 71 611) pour chaque point marqué

Tout en demandant pour HUF 120 000 000 (US$ 573 000) (selon une estimation de média) de billets pour les différents GP (Hongrie = 10 Super Gold, 50 Gold, 100 Silver. 50 billets à chaque GP européen et 10 pour les outre-mer)

 

Pour atteindre la somme promise en novembre (HUF 380 millions) Zsolt aurait du terminer toutes les courses et inscrire 15 points, ce qui ne faisait aucun sens. (Avec ses résultats en 2004, Zsolt n’aurait touché que HUF 86 millions – US$ 410 574)

 

Si le refus de l’offre de Mol fragilisait grandement sa titularisation, elle eu aussi un effet positif car suite à celle-ci des dons privé en provenance de Hongrie mais également des États-Unis, Allemagne et Autriche sont parvenu à Zsolt qui à décidé de créer le ‘Baumgartner’s Supporter’s Club’ (Baumgartner Zsolt támogatói klub) le 16 janvier, récoltant HUF 45 millions (US$ 210 500) lors de la 1ere journée.

 

Avantages aux différents donateurs :

HUF 1000 – 4999 / US$ 5 – 22 = le nom des donateurs publié dans le journal Nemzeti Sportban après les GP

HUF 5000 – 999 999 / US$ 23 – 4 676 = un cadeau unique

HUF 1 000 000 & + / US$ 4677 & + = le nom des donateurs inscrit sur le dessus des pontons de la Minardi

Donateurs du Baumgartner’s Supporter’s Club sur la PS04B

Avec la création d’une ligne directe pour des dons de HUF 500 (US$ 2.34), le club réussi à accumuler HUF 120 millions (US$ 561 335) en date du 19 janvier ce qui signifie que HUF 250 millions (US$ 1.169 million) manque toujours. Malgré ce manque, lorsqu’un groupe d’entreprises polonaises offrit au pilote la même somme qu’initialement promit par Mol, Zsolt la refusa car ceux-ci demandait que le pilote cours sous licence polonaise. Qu’à cela ne tienne, l’équipe du pilote fit le 22 janvier, le premier versement de US$ 2 millions à Minardi qui avait accepté de repoussé la date initialement prévu le 15 janvier.

 

Si tout semble bien aller pour Zsolt qui à participer à ses premiers essais avec Minardi les 28 & 29 janvier à Valencia, son équipe de management annonce le 9 février avoir renoncé volontairement à l’investissement de US$ 4 millions du gouvernement, citant l’opinion publique défavorable mais surtout l’apport de plusieurs petites et moyennes entreprises via le club de support pour ce retrait. Si officiellement le gouvernement n’investit plus directement d’argent public, la société gouvernementale gérant le gp de Hongrie, Hungaroring Rt. annonce une commandite de HUF 60 millions (US$ 280 667) au pilote qui disputera l’entièreté du championnat 2004, entrant dans l’histoire lors du gp des États-Unis en devenant le premier pilote hongrois à inscrire en point en F1 en terminant 8e.

GP USA 2004, Zsolt entre dans l’histoire

En date du 4 décembre 2004, le ‘Baumgartner’s Supporter’s Club’ avait reçu des dons de 479 personnes/entreprise qui ont permit au pilote de respecter tout ses engagements financiers envers l’équipe.

 

SOURCES : minardi.it, zsolt.baumgartner.hu, index.hu, gondola.hu, autosport.com, fxtop.com

Minardi de retour en F1 / Back in F1

Alors que ce week-end tout les yeux étaient tournés vers Bahreïn pour le grand prix, en Italie un semi remorque transportant un véhicule à l’allure inhabituelle à prit la route en direction de Shanghai où Minardi effectuera son retour en F1. / While all eyes were on Bahrain for the Grand Prix this weekend, in Italy a transporter carrying an unusual looking vehicle took the road to Shanghai where Minardi will make his return in F1.

Minardi M119

Grâce à un accord avec Liberty Media qui souhaite utiliser ce retour comme projet pilote pour les futurs accords Concorde, Minardi sera autorisé à ne faire courir qu’une seule monoplace. / Thanks to an agreement with Liberty Media, which wishes to use this return as a pilot project for future Concorde agreements, Minardi will be allowed to run only one single-seater.

Confiant face aux performances de la M119, Gian Carlo Minardi n’a pas souhaité révéler le nom du concepteur indiquant seulement que plusieurs anciens ingénieurs de l’équipe ont travaillés à sa conception. Côté motorisation, le secret est de mise mais nous avons appris que plusieurs pièces de « Yugo » provenant des stocks invendus de l’époque ou Paul Stoddart était importateur de la marque au Royaume Uni, ont été transférées à Faenza. / Confident in the M119’s performance, Gian Carlo Minardi did not want to reveal the designer’s name, only indicating that several of the team’s former engineers had worked on its design. On the motorization side, the secret is there, but we have learned that several « Yugo » parts from unsold stocks from the time when Paul Stoddart was the importer of the brand in UK, have been transferred to Faenza.

Si le nom du pilote vous sera dévoilé sur notre page Facebook à 17h (UTC+2) nous pouvons vous dévoilez que trois anciens pilotes ont décidé de se joindre à l’aventure. Fort de son expérience comme chef d’équipe chez HRT, Luis Perez Sala souhaitait occupé ce poste mais lorsqu’il vit notre simulateur, il supplia GCM de le nommer pilote de simulateur ce que Gian Carlo accepta. / If the pilot’s name will be revealed to you on our Facebook page at 5 pm (UTC+2) we can reveal that three alumni have decided to join the adventure. With his experience as a team leader at HRT, Luis Perez Sala wanted to take up this position but when he saw our simulator, he begged GCM to appoint him as a simulator pilot, which Gian Carlo accepted.

Luis Perez Sala sera notre pilote de simulateur

Alex Yoong agira à titre de technicien pneumatique et Zsolt Baumgartner s’occupera du ravitaillement. / Alex Yoong will act as tyre technician and Zsolt Baumgartner will take care of the refueling.

F1x2 – L’expérience de Melbourne

En 1998, l’écurie McLaren présente la MP4-98T, première Formula 1 biplace qui fait des apparitions lors de quelques manches du championnat (Espagne, Grande-Bretagne, Allemagne, Europe-Nürburgring) permettant à des célébrités trié sur le volet d’expérimenter les sensations vécu par un pilote de F1. En 99 et 2000, elle fera des apparitions lors du GP d’Australie qui intègre à sa programmation 2002, la F1x2 construite par European Formula Racing, propriété de l’australien Paul Stoddart qui a acheté Minardi en 2001.

McLaren MP4/98T – GP Allemagne 98

Lors de la semaine précédent le grand prix, Stoddart et David Saelens ont effectués des démonstrations sur la rue Burke qui se sont transporté sur le circuit Albert Park lors du weekend.

Cette expérience ne fut pas répéter  lors des trois autres années de l’australien au commande de Minardi mais en 2006, la corporation en charge de ce grand prix (Australian Grand Prix Corporation) lança l’idée de ramener les biplace sans toutefois bien analysé les coûts qu’une telle opération engendrerait.

 

En 2007, Stoddart se lance dans le championnat Champ Car aux États-Unis avec le Minardi Team USA et ses biplace qui sont en services lors de toutes les manches et accessible aux publics (pour une somme de 10 000$ pour 3 tours).

Depuis 2006, l’idée du AGPC a germé et en 2008 une entente passe très prêt d’être conclu, qu’à cela ne tienne puisque l’année suivante, les biplace font leurs retours en Australie ou les pilotes Zsolt Baumgartner et le Cameron McConville (V8 Supercar) permettent à 25 passagers (VIP, célébrité, commanditaire et vainqueur de promotion) de vivre l’expérience d’une vie.

Fort de cette expérience, l’AGPC aligne les biplace ‘Minardi’ lors de chacun de ses grand prix, servant de réveille-matin pour les citoyens de Melbourne, celle-ci prenant la piste aussi tôt qu’à 7 :15 am. Outres lors des 4 jours du gp, les biplace sont également utilisées lors de démonstrations à travers l’Australie et lors d’activités promotionnelles (dont quelques beignes sur la glace lors du lancement de l’édition 2013 du grand prix: https://youtu.be/kTWPjW-evyU).

Si les biplace font le bonheur de tous, Paul arrive à la conclusion à l’aube de l’édition 2017 (26 mars) que ce qui pouvait être fait avec celle-ci avait été accomplis et que ce gp serait le dernier, ramenant par avion les deux biplace à Ledbury (Grande-Bretagne), ce qu’il faisait normalement par fret maritime.

 

Lors de la deuxième manche en Chine (9 avril), la pluie et un plafond nuageux bas empêchant le vol de l’hélicoptère médical lors de la journée du vendredi ne permit aux F1 de prendre la piste que pour 20 minutes. Une situation qui amena les nouveaux propriétaires de la F1 à cherche un moyen d’offrir un spectacle en piste en dehors des séances F1 (comme si il aurait été plus prudent d’envoyer une biplace en piste???). Ayant vu les biplace lors du gp d’Australie, Liberty Media prit contact avec Paul afin de créer un programme de biplace qui sera intégré à l’offre de F1 Expérience.

 

Le retour des biplace par voie aérienne plutôt que maritime permis de devancé l’entré en service de ce nouveau programme, initialement prévu pour le 22 octobre lors du gp des États-Unis. De plus, un accord avec le liquidateur des actifs de l’équipe Manor permit à Paul d’acheter plusieurs équipement de la défunte équipe dont deux motorhomes lors du weekend de Pâques (16 avril), soit avant la vente aux enchères (du 10 au 16 Mai). Aux couleurs bleu, blanc et rouge, les deux motorhomes furent amené à la base d’European Aviation à Ledbury ou ils reçurent une nouvelle livrée avec de la peinture pour avion, Paul n’ayant pas hésité à tasser un de ses Boeing 737 afin de ne pas perdre une minute.

 

Grâce a tout ce travail, l’équipe de Paul arriva au circuit de Catalunya à Barcelone à temps pour le gp d’Espagne (14 Mai). 6 autres sorties seront effectué lors des weekends de grand prix 2017 et un accord pour une mise à niveau des biplace fut passé avec MGI-Mike Gascoyne Innovation qui présente celle-ci lors du gp d’Australie 2018 (nouvelle prise d’air du moteur et bargeboard) suivi d’un nouvel aileron avant et arrière lors du gp d’Espagne.

En 2019, nous continuerons encore d’apprécier ces F1x2 qui malgré leur âge vénérable de 20 ans, font le bonheur de nos oreilles avec leur moteur V10.

 

SOURCE: Autosport, MGI Technologies, Motorsport.com