Test day Lamera Cup 2018 Autodoc by H-Racing au Val de Vienne

Alexandre Verdier, et son équipe Thibault, Medhi et Camille (Shark Motorsport), sont arrivés à 8 h sur le circuit du Val de Vienne au Vigeant dans la Vienne (86) ou les attendaient l’équipe H-Racing. L’accueil par le patron et Team manager Jean-Charles Huillier et son mécanicien Nicolas est chaleureux. Tout commence par un atelier « collage des partenaires » magnifiquement réalisé par Thibault.

AutoDoc, le sponsor titre est mis en place, sur l’auto, la Lamera #31 du H-Racing, ainsi que la Maison du Prénom qui a gentiment fournis les stickers, et enfin Autosport Network partenaire d’Alexandre depuis bientôt un an. La Lamera c’est 330 chevaux grâce au moteur Ford Duratec RS, très bon compromis entre une monoplace de Formule Renault et une GT. Lire la suite

Le 4×4 Santana/Suzuki édition F1 de Lois Jeans

Il est de coutume pour une compagnie commanditant une équipe d’ajouter une édition ‘F1’ à sa gamme de produits. De 1987 à 89, la compagnie espagnole Lois Jeans fût commanditaire de Minardi et pour marquer cette association une ligne de vêtements nommé ‘’World Championship Jeans’’ fut lancée.

Mais encore plus surprenant fut l’association avec le constructeur espagnol Santana pour une série limitée de 4×4 Suzuki Samurai SJ413 ‘’Official F1 Lois Car Team’’.

Fondé à Linares (province de Jaén) le 24 Février 1955, Metalurgica de Santa Ana, S.A. œuvre dans la production de machinerie agricole puis signe en 1956 un accord avec The Rover Company Limited pour la production de véhicules Land Rover, le premier modèle Séries II sortant de la ligne de montage en 1958. La coopération continuera pour deux décennies et en 1981 la compagnie changera de nom pour s’appeler Land Rover Santana, SA. Or les problèmes financiers de la British Leyland Motor Corporation Ltd (propriétaire de Rover) force Santana à chercher un nouveaux partenaire, qu’elle trouve en Suzuki avec qui elle signe un contrat en 1982 pour la production sous licences des véhicules de la marques nippone qui prend une participation de 20% dans l’entreprise.

La production des Suzuki 410 par Santana débute en mars 85 ce qui permet à Suzuki de passer outre les quotas de l’union européenne sur les importations de véhicules nippons. En 1987, la production passera au 413/Samurai qui sera choisi par Lois Jeans en 1989 pour sa série limitée nommée ‘Official F1 Lois Car Team’. Offerte au public via les concessionnaires Suzuki d’Espagne, la version ‘F1 Lois’, ne présente pas de différence technique avec la version de série. Les seules différences étant au niveau esthétique, chacun des camions ayant un numéro d’inscrit sur le côté arrière gauche (le plus grand chiffre que j’ai vu est 163), l’inscription ‘Official F1 Lois Car Team’ dans le bas des portières, le logo ‘World Championship Jeans/Formula 1 sur l’aile avant ainsi que l’inscription ‘F1 Team’ sur le capot.

Suzuki augmentera sa participation à 49% en 1991, le constructeur prenant le nom de Santana Motor, SA à ce moment. Malgré le retrait de Suzuki en 1995 (vente de sa participation au gouvernement d’Andalousie), Santana continuera à produire sous licence les produits de la marque jusqu’en 2009. Un partenariat avec Iveco permit à Santana de produire les camions Massif mais les faibles ventes mirent un terme à celui-ci. Le gouvernement d’Andalousie décida de fermer Santana Motor  le 30 décembre 2011.

 

Fiche technique (www.4rouesmotrices.com/fiches-techniques/Santana/fiche_3925_Santana_S_413.php)

 

SOURCE : Lois Jeans, santana-motor.es, 4rouesmotrices.com

Boss GP, Ingo Gerstl et Wolfgang Jaksch s’imposent à Monza

Le Boss GP avait rendez-vous ce week-end sur le circuit de Monza dans le cadre du Perroni Racing Day. 17 engagés, trois formule 1 en open Forti FG03 du Speed Center, Toro Rosso STR1 de Top Speed, Benetton B197 du Penn Elcom Racing et la Super Aguri SA06 du F Xtreme Racing. La catégorie est complétée par une quatrième voiture, la Dallara GP2/11 de l’équipe Mansell Motorsport. La catégorie formula était représentée par 13 voitures, onze Dallara GP2/08 et deux Dallara World Series by Renault.

forti_fg03_bossgp2018

Forti FG03 – Hans Laub

Lire la suite

L’aventure d’un pétrolier en F1 : Elf

Elf_AquitaineElf est une compagnie pétrolière française fondée en 1966 part de le regroupement de divers pétroliers nationaux dans le giron de l’état. Rapidement, le gouvernement de la France et la direction d’Elf se tourne vers le sport automobile pour asseoir l’image publique de la marque.

Elf s’associe à Matra dès 1967 pour faire son entrée en F1, avec Jean-Pierre Beltoise et Johnny Servoz-Gavin comme pilote. La saison suivante Elf reste avec Matra Sports, mais devient le commanditaire n°1 de l’écurie Tyrrell qui aligne des Matra MS9 et 10 sous le nom de Matra International. Matra Sports utilise le bleu « France », alors que Matra International un bleu foncé qui deviendra la couleur « Elf » en sport automobile.

310px-Matra_MS120-02
Lire la suite

Toro Rosso entre deux rytmes en Autriche

Le Red Bull Ring, une quasi deuxième course à domicile pour l’équipe de Faenza depuis sa prise de contrôle par Red Bull, a une nouvelle fois démontré un excellent niveau du français Pierre Gasly qui progresse en monoplace depuis toujours et Brendon Hartley qui doit réapprendre les codes d’un type d’automobile qu’il n’a pas conduit depuis des années après être passé en endurance. Pierre Gasly a signé le 10e temps en EL1 et le 9e en EL2. Le Néo-Zélandais lui n’a signé que le 19e temps de la première séance d’essai et le 17e temps de la seconde. Les essais libres trois seront de la même trempe, avec un 12e temps pour le Français et un lointaine 17e position. Une situation qui risque de donner raison à Helmut Marko qui souhaite remplacer le « kiwi » avant la fin de la saison.

Lire la suite

Avec plusieurs centaines de milliers d’articles, AutoDoc référence de la pièce auto sur internet

Dimanche prochain, Alexandre Verdier est convié à essayer une Lamera sur le circuit du Val de Vienne Le Vigeant. Le pilote sera immergé au sein de l’équipe H Racing. Ce test a été rendu possible grâce à la persévérance d’Alexandre, mais aussi au soutien d’AutoDoc.

Lire la suite