A propos Jean-Michel Boileau

Passionné de F1 et de course auto depuis 1996, je suis tombé en amour avec Minardi en 1997. Les projets avortés et les histoires de coulisses sont mes préférences

Historic Minardi Day de retour pour une 5e édition

En entrevue sur Pit Talk, Gian Carlo Minardi à annoncer que l’événement Historic Minardi Day sera de retour sur le circuit d’Imola pour une 5e édition qui se déroulera pour une première fois sur trois jours: les 24, 25 et 26 avril 2020.

 

« Nous avons pensé ajouter un jour à cette édition particulière, puisqu’il s’agit de la cinquième, et nous le ferons aussi pour les dixième, quinzième et ainsi de suite… Nous ajoutons un jour à la demande de nos amis qui viennent de l’étranger et qui veulent tourner davantage. »

PS04A, la nouvelle déesse grecque de la mer

Si il y a plusieurs raisons de visiter la Grèce, une nouvelle c’est ajoutée le 16 Mai dernier lorsque l’opérateur de ferry Seajets à ajouté le navire WorldChampion Jet à sa flotte.

Construit par Austal Ships de Perth en Australie en 2000, le catamaran Villum Clausen (nom de sa construction jusqu’à 2018) se fit connaître avant même d’entré en service, battant le record du monde de distance parcouru par un navire de transport de passagers en 24h lors de son voyage de livraison à son acheteur (www.austal.com/news/villum-clausen-breaks-world-distance-record), l’opérateur danois BornholmerFærgen ou il assura la liaison entre Ronne (Danemark) et Ystad (Suède) du 22 juin 2001 au 31 août 2018.

Acheté par la compagnie Seajets le 19 Décembre 2017, le navire renommé WorldChampion Jet assure la liaison entre Le Pirée et les îles de Syros, Mykonos, Naxos et Santorin depuis le 16 mai, transportant 1310 passagers et 222 véhicules.

En fait, la fiche technique du navire devrait plutôt affiché 223 véhicules puisque la F1 Minardi PS04A/1 est exposée dans son atrium.

Fabriqué par l’équipe Arrows en 2002 et connu sous la dénomination de A23, les 5 monoplaces de l’équipe qui fit faillite en cours de saison ainsi que leurs propriétés intellectuelles furent acheté par Paul Stoddart en 2003 afin d’effectuer des tests comparatifs avec ses PS03.

Les châssis A23/1 et 4 furent renommé PS04A et testé par Jos Verstappen au Mugello le 16 Septembre (châssis 1: problème de boîte, châssis 4: 24 tours) et le 1er octobre (châssis 1: 35 tours, châssis 4: 24). Au final, les deux tests ne démontrèrent pas un avantage significatif de l’A23 sur la PS03 dont le développement continua pour servir de base à la PS04B de la saison 2004.

Mise aux enchères par Stoddart en novembre 2004, les 3 A23 et 2 PS04A ne trouvèrent pas preneur mais lors de la 2e édition en 2005, un acheteur se présenta.

Créer grâce à l’appui de Honda, l’équipe Super Aguri dirigé par l’ancien pilote Aguri Suzuki, annonce son intention de prendre part au championnat 2006 le 31 octobre 2005. N’ayant pas le temps de fabriqué une voiture, le plan initial prévoit de mettre en piste une version modifié de la BAR 007 (2005) mais ceci lui est refusé par la FIA. Devant vite se trouvé un plan B, l’équipe achète les 3 châssis A23 et les 2 PS04A ainsi que leurs propriétés intellectuelles. Modifié avec d’accepter le moteur Honda V8 de 2.4L en lieu et place du V10 Cosworth 3L d’origine, la SA05 présentait peux de différence avec l’A23 lors des essais hivernaux mais en cours de saison un nouveau museau et de nouveaux pontons firent leurs apparitions avant de faire place à la première création de l’équipe, la SA06, une évolution majeure de la 05 qui fit ses début lors du grand prix d’Allemagne.

SOURCES: austal.com, seajets.gr, wikipedia, news.gtp.gr, essaar.co.uk

Massimo Ciccozzi, le premier pilote Minardi

Lorsque nous pensons à la scuderia del Passatore, les noms de Giancarlo Martini, Lamberto Leoni et Roberto Farneti nous viennent à l’esprit. Or plusieurs autres pilotes ont roulé pour l’équipe de Gian Carlo Minardi dont le récipiendaire du casque de bronze 1971 du magazine Autosprint, Massimo Ciccozzi. Voici l’histoire du premier pilote Minardi.

 

Né à Rome le 26 décembre 1949, Massimo Ciccozzi fait ses débuts dans le monde de la course à l’âge de 18 ans en achetant une moto Morini 125 grâce à l’apport financier de ses amis et camarades de dernière année de lycée ainsi qu’avec quelques lires volés à sa mère (lors de sa première sortie à Roseto degli Abruzzi, il inscrit le 5e temps des essais). En Octobre 68, il vend sa moto pour 140 000 lires et s’inscrit à l’école de pilotage d’Henry Morrogh à Vallelunga ou il se fait remarqué par Gino De Sanctis qui le prend sous son aile en le faisant débuter en F.850 à Vallelunga ou face à 80 adversaires, il se classe 4eme de sa manche. Un mois plus tard, pour ses débuts sur la piste de Monza, il domine les essais libres, gagne sa manche (batteria) mais voit la victoire lors de la finale lui échappée lorsque sa pompe à eau cède.

En 69, l’argent se fait rare et Massimo ne participe qu’à une course de F.850 en fin d’année à Vallelunga ou il se classe 5e dans une monoplace qui n’a plus de freins.

Tenu à l’écart des circuits en 70 à cause de son service militaire obligatoire, il revient en F.850 l’année suivante grâce à son mentor De Sanctis qui lui trouve une Atecar (une monoplace qui utilise une base De Sanctis) avec laquelle il remporte sa manche et la finale à Imola le 2 Mai. Une victoire qui impressionnera un riche amateur qui acheta la monoplace, forçant Ciccozzi à prendre le départ de la manche du 25 juillet sur le même circuit à bord d’une monoplace De Sanctis (après avoir disputé une épreuve pour la scuderia Nettuno avec une Tecno), ce qui ne lui causa pas de soucis, puisqu’il remporte encore une fois la finale.

Malgré qu’il n’est pas participé à toutes les courses, il se classe 3e du championnat et est récompenser du casque de bronze du magazine Autosprint qui le considère comme un des meilleurs espoirs du sport auto italien. (À l’époque il est le plus jeune récipiendaire d’un casque Autosprint)

Si pour 1972, Massimo souhaite participer au nouveau championnat de Formula Italia avec la scuderia Nettuno, la CSAI (Commissione Sportiva Automobilistica Italiana) s’y oppose à cause de sa trop grande expérience. Heureusement pour lui, un programme d’aide de la CSAI, lui permet de disposé de deux moteurs Alfa Romeo préparé par Wainer Mantovano pour disputer le championnat de Formule 3. Cette aide attira l’attention de la nouvelle scuderia del Passatore créé par la société de textile Liverani qui acquiert l’ex Brabham BT28 de Pesenti Rossi afin de faire courir Ciccozzi. (Il sera le seul pilote de la scuderia non natif de la province d’Emilie Romagne)

Sous la supervision technique et sportive de son mentor Gino De Sanctis, Massimo voit sa première sortie pour la première manche du championnat italien à Monza le 16 avril se soldé par une non qualification. Bien que les raisons ne soit pas claire, suite à cette épreuve, Gino De Sanctis décide de quitter son poulain et la scuderia ce qui amène un certain Gian Carlo Minardi à la barre de l’équipe.

Pour la 2e manche du championnat à Imola le 1er Mai, la scuderia del Passatore à achetée la Branca utilisée par Pino Pica à Monza pour remplacer la BT28 et décide de laisser tomber le moteur Alfa, le remplaçant par le plus puissant Ford/Novamotor. A son volant, Massimo parvient à se qualifier mais lors de la 1ere manche, le bris d’une valve après 2 tours met fin à sa course.

Le 27 mai à Monza pour la 3e épreuve du championnat, il est embêter par son moteur Ford qui ne fonctionne que sur 3 cylindres lors de sa manche durant laquelle il se classe 9e. Si seul les 8 premiers passe en finale, la disqualification pour poids non réglementaire de Minozzi lui permet de participer à sa première finale ou il se classe 14e/16.

Le lendemain, il participe à la course hors-championnat (3. Coppa Agip) disputé sur le même circuit mais face à une opposition ne provenant pas uniquement d’Italie, il n’inscrit que le 41e temps des qualifications ce qui ne lui permet pas de continuer.

Face à ces manques de résultats, Massimo et l’équipe en viennent à une séparation à l’amiable, sa place étant prise par Francesco Bergami. À la fin de l’année il est de retour au volant de monoplace de la scuderie del Passatore, participant à une course hors-championnat de F.850 à Vallelunga (12 novembre) ou il termine 13e/13 suivi un mois plus tard, à la finale du championnat du monde de Formule Ford à Vallelunga (12 décembre). Si Johnny Gerber en tête de l’épreuve, ne fut jamais menacé, la lutte pour la 2e position entre Ciccozzi, Sassi et Mantova anima la course jusqu’à la fin, Sassi prenant la 2e position à Ciccozzi à 2 tours de la fin, ce dernier terminant 3e pour sa dernière sortie avec la scuderia del Passatore.

L’aventure Passatore terminée, Ciccozzi se fait engagé par Patrizio Cantù en 1973 pour piloter une Formule Ford de marque Dunlo avec laquelle il gagne sa manche et la finale lors de sa première sortie à Casal Monferrato (19 Mars) ainsi qu’à Magione lors du weekend de Pâques. Toujours prit avec un budget qui ne lui permet pas d’aller au bout de ses rêves, Massimo se voit offrir une opportunité en or lorsqu’il est parmi les 4 pilotes sélectionnés (avec Francia, Cerulli et Flammini) pour faire partie de l’équipe nationale de F2. Malheureusement pour lui, le directeur sportif du programme Dragoni ne retiendra par sa candidature ce qui souleva une grande polémique dans les journaux spécialisés. Cette déception marquera la fin de la carrière sportive de Massimo qui agit maintenant comme instructeur pour l’école Henry Morrogh.

 

Si ses résultats sportifs sous les ordres de Gian Carlo Minardi ne furent pas à la hauteur, Massimo garde tout de même une grande affection pour ce dernier :

‘’Gian Carlo Minardi et moi nous somme probablement rencontré 1 an trop tôt ou trop tard et disons que ce n’était pas la meilleure année sportive de ma vie à ce moment. Ça ma affecté mais je voudrais souligner mon affection et mon estime pour GCM qui a tant fait, qui a mis tout son cœur dans l’aventure F1. Vive Gian Carlo et vive Minardi! ‘’

Le 26 avril dernier, Gian Carlo Minardi invità Massimo à la soirée de gala du Historic Minardi Day et le fit montée sur la scène en le présentant comme « son premier pilote ».

Minardi Day 2019

 

Un grand merci à Massimo Ciccozzi qui à si gentiment répondu a toutes mes questions et un merci spécial à Stéphane pour la traduction des réponses audio de M. Ciccozzi.

 

SOURCE : Autosprint 71 #30, #48, #50 / 72 #7, #8, #9, #10, #18, #25, #35, #50 / 73 #12, #28, Amici dell’Autodromo Enzo e Dino Ferrari di Imola Group, Giovanni Talli, Massimo Ciccozzi, Patrizio Cantù

Minardi de retour en F1 / Back in F1

Alors que ce week-end tout les yeux étaient tournés vers Bahreïn pour le grand prix, en Italie un semi remorque transportant un véhicule à l’allure inhabituelle à prit la route en direction de Shanghai où Minardi effectuera son retour en F1. / While all eyes were on Bahrain for the Grand Prix this weekend, in Italy a transporter carrying an unusual looking vehicle took the road to Shanghai where Minardi will make his return in F1.

Minardi M119

Grâce à un accord avec Liberty Media qui souhaite utiliser ce retour comme projet pilote pour les futurs accords Concorde, Minardi sera autorisé à ne faire courir qu’une seule monoplace. / Thanks to an agreement with Liberty Media, which wishes to use this return as a pilot project for future Concorde agreements, Minardi will be allowed to run only one single-seater.

Confiant face aux performances de la M119, Gian Carlo Minardi n’a pas souhaité révéler le nom du concepteur indiquant seulement que plusieurs anciens ingénieurs de l’équipe ont travaillés à sa conception. Côté motorisation, le secret est de mise mais nous avons appris que plusieurs pièces de « Yugo » provenant des stocks invendus de l’époque ou Paul Stoddart était importateur de la marque au Royaume Uni, ont été transférées à Faenza. / Confident in the M119’s performance, Gian Carlo Minardi did not want to reveal the designer’s name, only indicating that several of the team’s former engineers had worked on its design. On the motorization side, the secret is there, but we have learned that several « Yugo » parts from unsold stocks from the time when Paul Stoddart was the importer of the brand in UK, have been transferred to Faenza.

Si le nom du pilote vous sera dévoilé sur notre page Facebook à 17h (UTC+2) nous pouvons vous dévoilez que trois anciens pilotes ont décidé de se joindre à l’aventure. Fort de son expérience comme chef d’équipe chez HRT, Luis Perez Sala souhaitait occupé ce poste mais lorsqu’il vit notre simulateur, il supplia GCM de le nommer pilote de simulateur ce que Gian Carlo accepta. / If the pilot’s name will be revealed to you on our Facebook page at 5 pm (UTC+2) we can reveal that three alumni have decided to join the adventure. With his experience as a team leader at HRT, Luis Perez Sala wanted to take up this position but when he saw our simulator, he begged GCM to appoint him as a simulator pilot, which Gian Carlo accepted.

Luis Perez Sala sera notre pilote de simulateur

Alex Yoong agira à titre de technicien pneumatique et Zsolt Baumgartner s’occupera du ravitaillement. / Alex Yoong will act as tyre technician and Zsolt Baumgartner will take care of the refueling.

F1x2 – L’expérience de Melbourne

En 1998, l’écurie McLaren présente la MP4-98T, première Formula 1 biplace qui fait des apparitions lors de quelques manches du championnat (Espagne, Grande-Bretagne, Allemagne, Europe-Nürburgring) permettant à des célébrités trié sur le volet d’expérimenter les sensations vécu par un pilote de F1. En 99 et 2000, elle fera des apparitions lors du GP d’Australie qui intègre à sa programmation 2002, la F1x2 construite par European Formula Racing, propriété de l’australien Paul Stoddart qui a acheté Minardi en 2001.

McLaren MP4/98T – GP Allemagne 98

Lors de la semaine précédent le grand prix, Stoddart et David Saelens ont effectués des démonstrations sur la rue Burke qui se sont transporté sur le circuit Albert Park lors du weekend.

Cette expérience ne fut pas répéter  lors des trois autres années de l’australien au commande de Minardi mais en 2006, la corporation en charge de ce grand prix (Australian Grand Prix Corporation) lança l’idée de ramener les biplace sans toutefois bien analysé les coûts qu’une telle opération engendrerait.

 

En 2007, Stoddart se lance dans le championnat Champ Car aux États-Unis avec le Minardi Team USA et ses biplace qui sont en services lors de toutes les manches et accessible aux publics (pour une somme de 10 000$ pour 3 tours).

Depuis 2006, l’idée du AGPC a germé et en 2008 une entente passe très prêt d’être conclu, qu’à cela ne tienne puisque l’année suivante, les biplace font leurs retours en Australie ou les pilotes Zsolt Baumgartner et le Cameron McConville (V8 Supercar) permettent à 25 passagers (VIP, célébrité, commanditaire et vainqueur de promotion) de vivre l’expérience d’une vie.

Fort de cette expérience, l’AGPC aligne les biplace ‘Minardi’ lors de chacun de ses grand prix, servant de réveille-matin pour les citoyens de Melbourne, celle-ci prenant la piste aussi tôt qu’à 7 :15 am. Outres lors des 4 jours du gp, les biplace sont également utilisées lors de démonstrations à travers l’Australie et lors d’activités promotionnelles (dont quelques beignes sur la glace lors du lancement de l’édition 2013 du grand prix: https://youtu.be/kTWPjW-evyU).

Si les biplace font le bonheur de tous, Paul arrive à la conclusion à l’aube de l’édition 2017 (26 mars) que ce qui pouvait être fait avec celle-ci avait été accomplis et que ce gp serait le dernier, ramenant par avion les deux biplace à Ledbury (Grande-Bretagne), ce qu’il faisait normalement par fret maritime.

 

Lors de la deuxième manche en Chine (9 avril), la pluie et un plafond nuageux bas empêchant le vol de l’hélicoptère médical lors de la journée du vendredi ne permit aux F1 de prendre la piste que pour 20 minutes. Une situation qui amena les nouveaux propriétaires de la F1 à cherche un moyen d’offrir un spectacle en piste en dehors des séances F1 (comme si il aurait été plus prudent d’envoyer une biplace en piste???). Ayant vu les biplace lors du gp d’Australie, Liberty Media prit contact avec Paul afin de créer un programme de biplace qui sera intégré à l’offre de F1 Expérience.

 

Le retour des biplace par voie aérienne plutôt que maritime permis de devancé l’entré en service de ce nouveau programme, initialement prévu pour le 22 octobre lors du gp des États-Unis. De plus, un accord avec le liquidateur des actifs de l’équipe Manor permit à Paul d’acheter plusieurs équipement de la défunte équipe dont deux motorhomes lors du weekend de Pâques (16 avril), soit avant la vente aux enchères (du 10 au 16 Mai). Aux couleurs bleu, blanc et rouge, les deux motorhomes furent amené à la base d’European Aviation à Ledbury ou ils reçurent une nouvelle livrée avec de la peinture pour avion, Paul n’ayant pas hésité à tasser un de ses Boeing 737 afin de ne pas perdre une minute.

 

Grâce a tout ce travail, l’équipe de Paul arriva au circuit de Catalunya à Barcelone à temps pour le gp d’Espagne (14 Mai). 6 autres sorties seront effectué lors des weekends de grand prix 2017 et un accord pour une mise à niveau des biplace fut passé avec MGI-Mike Gascoyne Innovation qui présente celle-ci lors du gp d’Australie 2018 (nouvelle prise d’air du moteur et bargeboard) suivi d’un nouvel aileron avant et arrière lors du gp d’Espagne.

En 2019, nous continuerons encore d’apprécier ces F1x2 qui malgré leur âge vénérable de 20 ans, font le bonheur de nos oreilles avec leur moteur V10.

 

SOURCE: Autosport, MGI Technologies, Motorsport.com

Robert Kubica, des débuts chez Minardi

8 ans après son accident de rallye qui failli lui coûter son bras droit, le polonais Robert Kubica fait son retour en grand prix ce weekend. Si on se souvient de ses débuts en 2006 chez BMW Sauber en remplacement de Jacques Villeneuve, Robert est passé prêt de débuter chez Minardi lors du dernier grand prix de l’équipe, à Shanghai en 2005.

Pilote d’Euro F3 en 2004, Robert reçoit une invitation de l’équipe Minardi pour participer à une séance d’évaluation sur le circuit de Misano en Novembre mais le polonais préfère plutôt prendre son argent pour disputer le gp F3 de Macao ou il signe la pole, le meilleur temps en course et monte sur la 2e marche du podium.

GP F3 Macao 2004

En 2005, il dispute le championnat de Formule Renault 3.5 au sein de l’équipe Epsilon Euskadi. Avec 13 courses de disputées sur les 17 au calendrier, le polonais compte 4 victoires pour 9 arrivées sur le podium ce qui le place en tête du championnat.

Dans le nuit du 24 au 25 septembre, Robert est informé par son gérant que l’équipe Minardi aimerait l’avoir dans ses rangs pour le gp de Chine (16 octobre) au cours duquel il prendrait par à la séance d’essais libres du vendredi.

‘’La possibilité de piloter pour Minardi pendant le gp de Chine sera la concrétisation de mes rêves. Mes débuts seront suivis de près par les téléspectateurs du monde entier. Ce sera une expérience unique pour moi car une nouvelle voiture m’attend, un nouveau circuit et je n’aurai que deux heures pour rouler sur la piste.’’

Si la nouvelle enchante les fans et média polonais, la participation du pilote reste assujettie à l’obtention de la super licence.

‘’Je ne m’excite pas autant que les fans. Ma participation aux essais libres du GP de Chine dépend de l’obtention de la super licence qui est compliqué à obtenir. Si je ne l’obtiens pas d’ici le 10 octobre, je n’irai pas en Chine. Pour le moment, je me concentre sur ma course de FR 3.5 à Estoril ou je souhaite remporter le championnat.’’

Si la procédure normale mais pas obligatoire pour l’obtention de la super licence est d’effectuer 300 km en essais privé, la petite taille de Minardi qui ne possède pas d’équipe d’essais, le calendrier (gp Brésil 25 sept, gp Japon 09 oct) et l’interdiction d’essais la semaine précédent un weekend de grand prix ne permet pas Robert de remplir celle-ci, lui laissant comme seule option, l’évaluation de ses résultats passé par la FIA.

Mathématiquement encore à risque pour le titre en Formule Renault 3.5, il termine 2e et 3e lors des deux manches disputé à Estoril les 1er et 2 octobre ce qui le sacre champion.

Malgré ce titre en poche, la FIA décide le 10 octobre de ne pas accorder de super licence à Kubica qui accepte sans rechigner la décision ‘’C’est une grosse déception mais les règles sont les règles’’. En lieu et place de ses débuts en F1, Robert effectue  plutôt un test en GP2 au Paul Ricard avec l’équipe Durango.

Il effectue son premier test en F1 le 1er décembre à Barcelone au volant de la Renault R25 championne du monde, ce test étant son prix pour avoir remporter le championnat de FR 3.5.

Test Renault R25 @ Barcelone

SOURCE: Autotosport, zw.com.pl, f1.sk (1) (2), motoryzacja.interia.pl (1)

Merci monsieur l’agent !

Dernier argentin à avoir pris le départ d’un grand prix, la carrière de Gaston Mazzacane n’a jamais été au niveau de ses compatriotes José Froilan Gonzalez (première victoire pour Ferrari), Carlos Reutemann ou du quintuple champion du monde Juan Manuel Fangio.

Si peux se souviennent de son passage, il s’en ait fallu de peux pour que le pilote rate son premier grand prix en 2000.

Logé dans la région de Bologne, Gaston doit se rendre à l’aéroport de Milan en compagnie des 30/40 membres de l’équipe afin de prendre un vol vers Singapour suivi d’une correspondance en Malaisie afin de se rendre à Melbourne en Australie pour son premier grand prix.

Endormi dans un fauteuil, Gaston se réveille en sursaut à un peux plus d’une heure du décollage de son avion. Fou de rage, il saute dans une BMW M3 et file vers l’aéroport situé à 280 km de distance à la vitesse de 250 km/h. Si il pu faire une quarantaine de kilomètre sans problème, sa lancé fut stoppé par la police à Modène.

Face à ce fou du volant qui leurs est inconnu, les policiers se montrent ferme mais le pilote est prêt a tout pour ne pas rater son vol.

‘’Si je ratais l’avion à Milan, ma carrière en F1 se serait arrêter avant même d’avoir commencé. J’ai commencé à leur expliqué et je les ai suppliés de me croire. Je leurs ai montré papiers/documents, photos, vêtements et je leurs ai demandé d’appeler cette personne afin qu’elle puisse corroborer mon histoire. Je savais que l’amande serait salé mais j’étais désespéré à continuer ma route.’’

S’étant calmé et face aux preuves fourni par Gaston, les policiers décide de le laisser continuer son chemin vers Milan. Soulagé, le pilote explique que le reste de son trajet devra se faire à au moins 200 km/h s’il veut arriver à temps, ce qui amène les policiers à l’escorter jusqu’à l’aéroport où il arrive à temps pour prendre son vol.

Un des trois pilotes à faire ses débuts avec Jenson Button et Nick Heidfeld lors du GP d’Australie, Gaston se qualifie sur la dernière ligne au côté de Jenson Button et abandonne au 40e tour de la course suite à un bris de boîte de vitesse.

GP Australie – Mazzacane, Button & Heidfelf

De retour en Europe pour la 3e manche de la saison à Imola, Gaston invite les policiers grâce a qui sa carrière F1 pu commencer à assister au gp.

 

SOURCE : http://www.elgrafico.com.ar/articulo/1015/8573/gaston-mazzacane-huellas-del-ultimo-argentino-en-la-formula-1