Monaco GP, le point de vue de Gian Carlo Minardi

Avec un peu de retard…

Après l’Espagne, ici à Monte Carlo, Ferrari a également cédé des points importants à ses rivaux directs, tant au niveau du championnat des pilotes que de celui des constructeurs. Lorsque vous êtes solidement installé à la première et à la deuxième place, vous ne pouvez pas et ne devez pas faire ces erreurs de stratégie, surtout sur un circuit comme celui-ci où les dépassements sont impossibles. Une fois que tu as perdu ta position, c’est fini. A Monaco, la moindre erreur vous coûte le double.

Entre Red Bull et Ferrari, la lutte est très serrée, comme le montre également l’ordre d’arrivée avec quatre voitures en seulement deux secondes. Une fois encore, les sept points perdus par Leclerc à Imola pèsent lourd. Aujourd’hui, l’écart est passé à neuf points, mais il s’agit toujours d’un écart où la reprise est encore possible. À Bakou, cependant, le retour doit commencer. Il en va de même pour le championnat des constructeurs, où Ferrari perd encore du terrain, mais avec quinze GP à disputer, tout est possible. La seconde moitié du championnat du monde sera cruciale, notamment en termes de fiabilité.

En fin de course, Ferrari avait porté plainte contre la sortie des stands de Max Verstappen en affirmant que le Néerlandais avait touché la ligne jaune. Jusqu’à aujourd’hui, il y avait une uniformité de vue et un respect des règles, mais dans ce cas, j’ai remarqué une certaine superficialité. Après avoir accepté la plainte, le conseil des commissaires a confirmé l’ordre d’arrivée et la victoire et la troisième place de Perez et Verstappen. A Monaco, un dangereux précédent a été créé.

Comme chaque année, avec l’arrivée du cirque dans les rues étroites de la Principauté, le débat sur la piste s’ouvre. En ce qui me concerne, le grand prix sur le plan technique et sportif n’a rien à dire. Seule la fascination extra-sportive demeure. Je pense qu’il s’agit maintenant d’une course dépassée. Aujourd’hui encore, nous avons pu constater combien il est difficile (pour ne pas dire impossible) de doubler. Le pilote parvient toujours, dans une certaine mesure, à s’imposer, notamment sur le tour sec comme nous l’avons vu en qualification avec Leclerc ou Alonso en course. Malgré une voiture en difficulté, il a tenu tête à sept rivaux (dont Hamilton) en recompactant le groupe derrière lui, causant même des dégâts à son coéquipier Ocon, sanctionné de cinq secondes. La technologie de ces voitures étant très avancée, elle n’est plus aussi sélective qu’auparavant.

On retrouve également George Russell, une fois de plus dans le top 5 avec la Mercedes, et Lando Norris, qui a également réalisé le meilleur tour en course. Très étrange a été l’accident de Mick Schumacher. La voiture part en tête-à-queue anormalement, va dans le mur et détruit sa Haas, qui se sépare en deux. Je n’ai pas envie de l’accuser d’une erreur car elle aurait pu être le résultat d’un problème technique ou d’une défaillance.

Maintenant, nous attendons de voir ce qui se passe à Bakou, qui est un autre circuit urbain.

Gian Carlo Minardi

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

http://www.minardi.it/f1-gp-monaco-il-punto-di-gian-calro-minardi-ancora-punti-persi-per-ferrari-monaco-pista-superata/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.